Pas de chlordécone à Fonds Saint-Denis


Le chlordécone destiné à éradiquer le charançon, un coléoptère coriace friand de bananes continue de faire couler beaucoup d'encre en Martinique et dans les Antilles en général.


Interdit d'usage en 1990, le pesticide a malgré tout continué à être utilisé de nombreuses années en Martinique. ET les conséquences sur la santé des humains et de l'environnement sont particulièrement préoccupantes. Chez l'humain, on parle de séquelles neurologiques, de retards cognitifs et de cancers - dont celui de la prostate en Martinique, ainsi que de pollution des eaux et des sols. Sans compter la santé des agriculteurs et de leur famille. Loin d'être banal! Cette molécule persistante s’est répandue partout aux Antilles, tout le long de la chaîne alimentaire et peut théoriquement rester jusqu’à 700 ans dans l’environnement.




Si la majorité des terres agricoles de l’île ont été contaminées par ce pesticide organochloré non biodégradable, la commune de Fonds Saint-Denis - ainsi que celle de Morne-Vert, dans le nord-ouest de l’île, a été épargnée par ce fléau. En raison de sa situation en hauteur et difficile d’accès pour une exploitation conventionnelle, de sa pluviosité régulière, du peu de cultures de bananes ainsi que du savoir-faire ancestral qui perdure, en polyculture et en élevage.



Les terres du Hameau du Morne des Cadets, certifiées Ecocert, en sont exemptes. Au plaisir de vous rencontrer sur mes marchés locaux ou ma table d'hôtes.







143 vues0 commentaire